Tribunes

Ville de La Roche-sur-Yon mars 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

La bonne utilisation des deniers publics, comme l’on dit, constitue l’une des responsabilités majeures d’une équipe municipale. Cette responsabilité peut se conduire de diverses manières : frileuse, apeurée, dépassée au regard de l’époque ou bien alors dyna­mique, moderne, en phase avec son temps, celle que nous adoptons. Faisons un peu de pédagogie.

Le budget d’une ville comme La Roche-sur-Yon peut se diviser en trois grandes catégories :

- L’investissement : il s’agit ici de construire la ville de demain, les bâtiments et les voiries dont la ville a besoin ; réparer et entretenir ; valoriser le patri­moine existant.

- Les subventions et les aides : pour soutenir les associations et les services qu’elles rendent aux habitants, soutenir l’activité économique d’acteurs privés, aider les habitants les plus en difficulté.

- Le fonctionnement : sont regroupées ici toutes les dépenses qui permettent de faire vivre la ville au quotidien : les salaires des agents, les loyers des bâtiments municipaux loués, l’eau, l’électricité, le chauffage des écoles, des bâtiments municipaux, l’essence des véhicules, les dépenses diverses d’études, de communication, d’entretien, etc. Bref, la vie quotidienne de notre ville en quelque sorte.

Concernant les investissements, certains cherchent à inquiéter les Yonnais en prétendant que notre majo­rité investit trop. Là encore, soyons transparent. C’est totalement faux.

La plupart des investissements que nous program­mons sont utiles, voire indispensables. Ainsi, nous avons hérité d’un patrimoine municipal dans un état souvent pitoyable. L’hôtel de ville et son extension en sont un exemple frappant.

Nous posons la question. Alors que chacun s’accorde à tenir pour vrai l’adage, gouverner c’est prévoir, com­ment la partie « moderne » de la mairie a-t-elle pu être si peu entretenue depuis des années, au point que la commission de sécurité nous impose de la reconstruire ou de la quitter ? Comment certains groupes scolaires peuvent-ils être qualifiés par des experts de bonne foi comme vétustes ? Est-ce vrai­ment le signe d’une gestion efficace ? N’est-ce pas le signe d’investissements manquants ?

D’autres investissements concernent la création de la « ville de demain ». Le nouveau quartier des Halles va vivifier toute la ville ; la nouvelle Loco et le Campus robotique vont faire émerger les emplois de demain ; l’aménagement d’un pôle de loisirs sur Piobetta va compléter l’attractivité de la place Napo­léon et rendre La Roche-sur-Yon plus attirante, plus joyeuse à vivre.

Concernant les subventions et les aides, nous ne les diminuons pas, mais nous avons interrogé leurs modalités d’attribution. Les subventions aux asso­ciations ne doivent pas être des rentes de situation. Les associations doivent apprendre à diversifier leurs sources de recettes.

Concernant les aides au milieu économique, elles s’ac­compagnent d’un retour sur investissement en terme de création de richesse et d’emplois pour le territoire. Cela tranche avec ce qui se faisait précédemment et cela est efficace, puisque le taux de chômage baisse régulièrement sur le bassin yonnais depuis 2014.

Bien entendu tous ces investissements, dépenses, aides au développement, subventions publiques, sont couverts financièrement et n’imposent aucune augmentation de vos impôts locaux.

Pourquoi ? Pour deux raisons principales.

Tout d’abord parce qu’ainsi la ville s’enrichit, renforce son patrimoine et réduit ses dépenses de fonction­nement. Les banques comprennent parfaitement notre politique de gestion et l’accompagnent, car elles voient notre ville attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, des activités culturelles ou sportives majeures, bref elles voient en La Roche-sur- Yon un emprunteur solide et fiable.

La seconde raison de la solidité financière de nos investissements, tient à la gestion rigoureuse et éco­nome de nos dépenses de fonctionnement. C’est là que se trouve notre marge de manoeuvre. Pour cela, nous contrôlons chaque euro dépensé, nous veillons à sa réelle utilité, nous faisons la chasse aux dépenses superflues dans tous les domaines, nous modernisons les conditions de travail des agents, nous économi­sons l’énergie, etc.

Voilà ce que nous faisons : investir pour demain et dépenser moins au quotidien. Investir pour les géné­rations futures, voilà notre ambition.

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

Les travaux de la nouvelle mairie ont été votés. Si cela va permettre de donner aux salariés de la mairie de meilleures conditions de travail et une meilleure lisi­bilité aux usagers, en revanche, il est essentiel que le bâtiment actuel de la mairie reste dans le patrimoine et ne serve pas à des activités marchandes.

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

Lors du Conseil municipal du 30 janvier dernier, nous avons refusé d’approuver le projet « îlot de la poste-nou­velle mairie ». À l’heure où la question de la dévitalisation des centres-villes se pose partout en France et où l’on sait que c’est la présence d’habitants –donc de logements disponibles – qui est décisive, dédier cet espace central à des bureaux plutôt qu’à des logements et des commerces constitue, tout d’abord, une grave erreur d’urbanisme (nous souhaitons, à ce sujet, que le changement intervenu aux Nouvelles Galeries n’entraîne ni suppression de postes, ni changement d’activité). Il s’agit, ensuite, d’une opération financière pénalisante pour le devenir de la ville dont l’état des finances nous inquiète. Si nous ne nions pas la nécessité de rénover la mairie, d’autres solutions moins coûteuses existaient, permettant de conserver dans le bâtiment actuel une salle des mariages, une salle des conseils, des salles de réception et l’accueil des habitants. Aucune réponse n’a, par ailleurs, été apportée aux questions sur le devenir de l’actuelle mairie. Aux raisons urbanistiques et financières s’ajoute, enfin, le refus d’une méthode où la concertation brille par son absence. Concerter en amont aurait pourtant évité à la majorité d’avoir à repenser son projet initialement mal ficelé de l’école Malraux/Jean-Roy, de financer le fiasco du festival Roche de Rire ou encore d’essuyer les critiques d’historiens ou de la Belgique sur le changement de nom de la place Albert-Ier. On aimerait une ville qui « rayonne » pour de meilleures raisons !

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

En une proposition inattendue, notre Maire a fait « rayonner » notre ville jusqu’en Belgique.

Cette polémique autour de la place Albert-Ier, roi des Belges, qui serait renommée Simone-Veil n’est pas à la hauteur de la figure historique incontes­table qu’est Simone Veil. Les lieux à dénommer ne manquent pourtant pas dans et autour des projets yonnais d’urbanisme.

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche

La Roche-sur-Yon Agglomération mars 2018

Mouilleron-le-Captif

À l’initiative du Conseil des sages en 2016, le Conseil municipal a voté en 2017 la mise en place du dispositif de « participation citoyenne » à Mouilleron-le-Captif. La municipalité a ensuite convié les Mouilleronnais à rencontrer la gendarmerie à l’occasion d’une réunion d’information publique visant à présenter le dispo­sitif, son intérêt, et à faire appel à la population. La signature de la convention entre MM. le Préfet et le Maire le 31 janvier 2018 vient ainsi finaliser les étapes du dispositif.

À Mouilleron-le-Captif, depuis sa mise en place en juin 2017, 21 Mouilleronnais volontaires se sont ins­crits en tant que « voisins vigilants » et adoptent ainsi une attitude vigilante et solidaire quant à la préven­tion élémentaire de la petite délinquance.

Le dispositif de participation citoyenne créé en 2006 a pour but de rassurer la population, d’accroître l’effi­cacité de la prévention de proximité et d’améliorer encore la réactivité des forces de l’ordre contre la délinquance. Si la mise en oeuvre des différents dis­positifs et mesures de lutte contre la délinquance est de la compétence du préfet et des maires, la sécurité est l’affaire de tous !

Cet outil a vocation à sensibiliser et faire participer la population de la commune ou d’un quartier à la sécu­rité de leur environnement immédiat, en partenariat avec la gendarmerie. Il permet d’améliorer la qualité de vie et renforce la cohésion des habitants devenus acteurs de leur propre sécurité. C’est ainsi qu’il vient renforcer les solidarités de voisinage en recréant du lien social – l’objectif du dispositif étant de faciliter la remontée des informations vers les services de la gendarmerie. Cependant, il est important de noter que cet engagement citoyen ne se substitue pas à l’action de la gendarmerie. Elle associe les habitants. La connaissance de son territoire par la population, et donc des phénomènes de délinquance susceptibles de s’y produire, permet ainsi de développer un nouveau moyen d’informer les forces de l’ordre.

Philippe Darniche, maire de Mouilleron-le-Captif

 

Nesmy

Être limitrophe d’une agglomération aurait pu transformer notre village en commune dortoir. Mais qui pense ça ne connaît pas le Nesmysien. Fort de ses 99 commerces, artisans, agriculteurs et entre­prises, de ses 42 associations et de ses nombreux services, Nesmy a su garder son âme villageoise.

Avec son vieux bourg encore authentique et une campagne bucolique et verdoyante, notre com­mune offre un havre de bien-être, où le temps ralentit et le lien humain existe.

À Nesmy, on prend le temps de vivre et de partager, avec des animations régulières organisées par nos associations ou des événements plus importants portés par la municipalité.

Au cours de l’année, vous aurez l’occasion avec les associations de faire des lotos et de participer à des concours de cartes et de pêche. Si vous êtes un gas­tronome, vous pourrez déguster des repas et faire des pique-niques, profiter d’une galette des Rois et commander des pizzas ou des croissants. Vous pourrez vous cultiver en profitant de conférences sur de nombreux thèmes ou vous déhancher aux soirées dansantes. Si le sport est votre dada, les nombreux parcours vous permettront de vous dé­fouler à pied, à vélo ou à cheval, et vous aurez aussi l’occasion de montrer vos talents lors de tournois de sport. Chiner, troquer, acheter ou vendre vous parle ? Vous ne serez pas déçus avec les vide-gre­niers et bourses et en déambulant au Marché des potiers organisé par notre emblématique poterie. Vous avez plus d’une animation par semaine, preuve du dynamisme qui règne au sein de notre village.

La municipalité vous propose aussi, en collabora­tion avec le comité des fêtes et les commerçants, le marché de Noël avec plus de 90 exposants, artisans, producteurs et associations, tous issus de l’économie locale. Chaque année, nous recevons une étape du trophée Thomas Voeckler, et nous avons la chance, en 2018, d’être sur le passage du Tour de France sur environ 10 km. Toujours en collaboration avec le comité des fêtes, un repas champêtre avec soirée dansante et feux d’artifice, notre fameuse « Sardinade », vous est proposé début juillet. Avec l’Office de tourisme de La Roche-sur-Yon et l’Agglo­mération, nous vous proposons aussi 2 cinémas et 4 concerts en plein air sur le site exceptionnel du moulin de Rambourg. La commune se mobilise aus­si pour le partage et le « bien vivre ensemble », avec l’organisation du « Parcours du coeur » le 27 mai, et le 24 mars prochain la Journée du civisme.

Mais la plus grande preuve du dynamisme de notre commune est représentée par le nombre important de bénévoles qui se mobilisent pour organiser tous ces moments de convivialité.

Habiter à Nesmy, c’est vivre dans une commune qui a la force d’une agglomération et le coeur d’un village.

Gérard Rivoisy, maire de Nesmy