Tribunes politiques Ville de La Roche-sur-Yon

Fermeture exceptionnelle

En raison de la pandémie de Covid-19 et des mesures prises par les autorités, de nombreux services de la Ville de La Roche-sur-Yon et de La Roche-sur-Yon Agglomération sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Juillet - Août 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

Notre territoire se porte bien et notre ville avec !

Notre territoire réussit et notre ville avec !

Notre territoire intéresse de plus en plus et notre ville avec !

Plusieurs éléments récents viennent confirmer cette réalité.

Les chiffres tout d’abord.

Ceux de l’emploi sur l’agglomération restent bien meilleurs que ceux de la moyenne nationale et régionale. Cette réussite n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat du dynamisme VendéeoYonnaise, si on peut le nommer ainsi.

Il provient en large part du talent de nos entreprises et des entrepreneurs, des commerçants et des créateurs, des salariés, des agriculteurs, des inventeurs. Notre réussite est l’affaire de tous les talents yonnais et agglo-yonnais. Cependant, beaucoup d’entre eux s’accordent à dire qu’ils profitent pleinement de la nouvelle attractivité de notre territoire que notre politique instaure et conforte.

Nul ne peut le nier désormais, La Roche-sur-Yon retrouve une notoriété régionale et nationale. Comme le dit notre maire dans l’interview publié en ouverture de ce Roche Plus les entreprises font confiance à notre territoire et s’y installent. Cette confiance n’est possible que parce que La

Roche-sur-Yon n’est plus un point méconnu sur une carte. Les artistes et les événements sportifs font désormais le détour par notre ville. Les entreprises viennent nous rencontrer. Le président de la République et ses ministres nous visitent et nous rencontrent.

Tout cela n’est possible que parce que nous croyons à l’importance de l’investissement public dans la richesse produite sur un territoire. À la fois en termes d’attractivité et de notoriété, mais également en termes de marchés apportés aux entreprises.

Rappelons-nous ce chiffre : en empruntant seulement neuf millions d’euros, nous avons financé cent dix millions de travaux. Et de nombreuses entreprises vendéennes et agglo yonnaises sont parvenues à être retenues sur nos chantiers.

Une collectivité territoriale ne peut être gérée comme un ménage ! Agir ainsi c’est totalement négliger qu’une collectivité est créatrice de richesses, pour elle-même et pour son territoire. Nous empruntons non pour dépenser, comme un ménage, mais bien pour investir comme doit le faire une collectivité. Les étudiants qui ont récemment passé le Bac option Sciences économiques, parleraient de politique keynésienne et ils n’auraient pas tout à fait tort.

Ainsi, l’on sait que pour un euro investi par notre Ville dans l’accueil du Tour de France, ce sont entre six et huit euros qui seront redistribués sur notre territoire, par un accroissement de l’activité commerciale. S’y ajouteront pour les mois et les années à venir : une notoriété renforcée, une découverte de notre ville par de nombreux touristes qui reviendront nous voir, un bouche à oreille positif, l’exposition télévisée, etc.

De plus, nous gérons correctement l’argent des Yonnais. Les comptes 2017 de La Roche-sur-Yon comme ceux de l’Agglomération dégagent de l’excédent. Car notre gestion mutualisée et optimisée montre que nous parvenons à faire mieux en faisant différemment que ce qui se pratiquait jusqu’alors.

Et bien évidemment nous continuerons et ainsi les impôts des Yonnais et des Agglo-Yonnais n’augmenteront pas d’ici à la fin du mandat, ni sur le prochain si les Yonnais nous renouvellent leur confiance.

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

À l’occasion du bilan de la concertation pour la future mairie présenté lors du dernier conseil municipal, nous avons proposé que la navette électrique soit en accès gratuit pour les habitants venant à la mairie pour leurs démarches administratives afin de limiter les problèmes de stationnement.

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

Durant les dernières enveloppes de quartiers, des habitants ont proposé la mise en place de

L’été approche. Parce que 40 % des Français ne partent pas en vacances et qu’il est très rare de partir sur un temps très long, les communes ont un rôle important à jouer pour que cette période estivale constitue un moment privilégié de découvertes et de convivialité, pour les jeunes comme les moins jeunes. À La Roche-sur-Yon, des temps forts, sportifs et culturels, gratuits ou très accessibles financièrement, rythment les deux mois d’été. Depuis 2011, les jeunes peuvent aussi s’initier à des activités artistiques et culturelles grâce à « Art vacances » qui est venu compléter le dispositif tant apprécié de « Sport vacances » (nous avions alors particulièrement veillé au tarif peu élevé de ces dispositifs pour qu’aucune famille n’y renonce pour des raisons financières).

Cette année, l’arrivée de la seconde étape du Tour de France constituera, bien évidemment, un événement majeur. Malgré son caractère exceptionnel et le fait qu’il se déroule un dimanche (ce qui favorise a priori la possibilité d’y assister), des Yonnaises et Yonnais ne pourront, toutefois, participer à ce spectacle sportif populaire, les élus de la majorité ayant, en effet, décidé d’accorder douze dérogations au principe du repos dominical (soit le maximum autorisé par la loi). Le 8 juillet faisant partie de ces dates, au lieu d’assister à l’arrivée du Tour de France (qu’ils contribuent pourtant, comme habitants, à financer), des salariés devront donc travailler dans les commerces ouverts. Nous regrettons ce choix politique. Très bel été à tous !

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

Le contournement nord a 20 ans, il double aujourd’hui…

Et dans 10-15 ans ? Où ce monde tout automobile nous mène-t-il ?

Laval agglomération, aussi peuplée que la nôtre, utilise 3,2 fois plus le transport public (DREAL mai 2018). Des alternatives existent… ailleurs : bus en site propre, pistes cyclables, parkings relais…

Qu’est-ce qu’on attend ?! L’asphyxie ?

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche

Juin 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

La bonne nouvelle est tombée le 27 mars dernier, la Ville de La Roche-sur-Yon fait partie des 222 villes moyennes retenues pour bénéficier du dispositif gouvernemental « Action cœur de ville ». Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, mobilisent par ce plan plus de 5 milliards d’euros sur cinq ans pour accompagner les projets de revitalisation des centres-villes. Le travail déjà engagé à La Roche-sur-Yon et les projets à venir ont convaincu les services de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, de contractualiser avec nous ce partenariat de développement de notre ville.

Nous y voyons à la fois une aide bienvenue, mais également la reconnaissance du travail engagé et accompli depuis 2014. Les premières mesures du plan « Action coeur de ville » « sont destinées à faciliter et soutenir le travail des collectivités locales, à inciter les acteurs du logement et de l’urbanisme à réinvestir les centres-villes, à favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville et, globalement, à améliorer les conditions de vie des habitants », indique le document officiel. Dès lors, il n’est pas étonnant que La Roche-sur-Yon soit intégrée au dispositif, tant les intentions de celui-ci correspondent à notre action en cours.

Les villes moyennes portent une grande partie de l’identité de notre pays et le dynamisme de leur personnalité territoriale. Nous ne cessons de le répéter, La Roche-sur-Yon change, sa personnalité s’affirme, se renforce, rayonne. Le regard sur La Roche-sur-Yon change également et les preuves se multiplient. Être choisie ville de présentation du Tour de France marque le retour de La Roche-sur-Yon comme ville préfecture et centrale de notre département, être épaulée par « Action coeur de ville » l’est également.

Ce regard neuf jeté sur notre ville n’est pas une surprise. En effet, les Yonnaises et les Yonnais nous disent combien, ils et elles sont fiers de voir notre ville se transformer et valident notre projet fidèle aux engagements de campagne de notre majorité : amélioration des conditions de vie, cadre de vie rénové et renouvelé, services publics renforcés et une écoute toujours plus grande des attentes des Yonnais.

C’est ainsi que dès 2014 nous avons fait conduire un diagnostic urbain et commercial. Celui-ci a mis en relief les fragilités et les faiblesses, en particulier celles du quartier des Halles tel qu’il est actuellement. Ce diagnostic a ensuite permis l’élaboration d’un plan de référence, approuvé le 8 décembre 2015 par le conseil municipal, et qui établit nos objectifs pour la revitalisation des quartiers du centre-ville.

• Dynamiser le centre-ville marchand, en accompagnant mieux les porteurs de projets et en accompagnant la mutation de l’immobilier commercial.

• Favoriser l’arrivée de nouveaux ménages sur le centre-ville, en créant une offre en logements neufs et en favorisant la rénovation de certains logements anciens.

• Promouvoir une nouvelle offre d’emplois en centre-ville, en favorisant notamment les fonctions tertiaires et des formes nouvelles type « tiers-lieux » comme la Loco numérique par exemple.

• Améliorer les espaces publics.

• Soutenir l’animation des quartiers et la vie culturelle.

Diagnostic puis plan et désormais actions concrètes ! Nous n’avons pas attendu le plan gouvernemental pour agir et nous avons la satisfaction de nous voir rejoints et épaulés.

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

Développer l’attractivité du centre-ville, cela veut dire des commerces mais aussi des logements accessibles à tous.

Le commerce doit y être diversifié, accueillir des activités liées à l’Économie sociale et solidaire, être une vitrine pour les créateurs d’entreprises locaux et pas uniquement de grandes enseignes.

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

Durant les dernières enveloppes de quartiers, des habitants ont proposé la mise en place de boîtes à lire. La municipalité a relayé cette proposition en installant quatre mini-bibliothèques de rue qui permettent de déposer et d’emprunter des livres gratuitement. Le succès de ce dispositif montre l’intérêt des Yonnais pour la lecture et pour les services de proximité. On se demande donc ce qui a bien pu motiver le Maire et son équipe pour fermer la médiathèque de Saint-André d’Ornay.
En fermant cet équipement, c’est non seulement une boîte à lire géante qu’ils viennent de supprimer, mais aussi un espace de proximité, d’éducation et de découverte de la lecture. Au-delà du simple échange de livres entre citoyens déjà lecteurs dans une boîte à lire, le rôle d’une médiathèque est bien celui d’un lieu éducatif dans lequel les échanges avec le personnel permettent d’avoir accès à différentes formes de culture dont la lecture.
Certes elle restera accessible pour l’école Flora Tristan, mais comment expliquer au petit Ornaysien qui rentre en 6e et qui a découvert la médiathèque grâce à son école, qu’elle lui est désormais fermée ? Une nouvelle fois la conséquence de la fuite en avant des dépenses d’investissements et donc l’endettement de la Ville est la suppression de postes d’agents municipaux et donc de services au public.

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

Comment comprendre la fermeture sans concertation d’une des médiathèques et le discours du maire prônant la ville amie de la poésie. Les conseils citoyens sont en berne et les moyens des associations d’éducation populaire diminuent. Le ton est donné, des travaux en hausse avec une baisse des actions de proximité.

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche

Mai 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

L’admirable sacrifice du colonel Beltrame ne peut être brandi comme étendard d’une critique médiocre. Nous ne pouvons que l’admirer, le louer, mais ne jamais l’amoindrir en cherchant à l’utiliser. Il reste à jamais un geste inconditionnel.

Pourtant, vous lirez dans la tribune du groupe des élus socialistes et apparentés une ode aux forces de l’ordre qui serait honorable, si elle n’était pas véritablement à géométrie variable. La bienveillance pour les forces de l’ordre doit-elle cesser lorsqu’il s’agit de faire vivre à nouveau le droit et la légitimité républicaine à Notre-Dame-des-Landes ? Quand ils’agit de rendre leur dignité à des migrants entassés et exploités dans des bidonvilles ? Quand il s’agit de permettre à des étudiants de pouvoir étudier ?

Nous ne croyons pas à ce type d’amour « de circonstance ». La réalité est tout autre. Nous avons besoin des forces de l’ordre, reconnaissons leur efficacité ! La Roche-sur-Yon manque d’effectifs, sachons le dire avec courage et réclamons ensemble des effectifs supplémentaires.

Nous chérissons la liberté plus que tout et vivre libre c’est vivre en sécurité car Charles Péguy a fort justement dit « l’ordre, et l’ordreseul, fait en définitive la liberté. Le désordre faitla servitude ».

La sécurité passe également par la prospérité. Le taux de chômage sur notre ville diminue et par conséquent notre sécurité s’accroît. Notre ville s’embellit et par conséquent notre sécurité s’accroît. Notre ville vibre de culture et de rassemblements populaires et par conséquent notre sécurité s’accroît.

Mais, ne soyons pas angéliques, il est une part de délinquance et de violence qu’il nous faudra toujours contenir, amoindrir, interdire. La médiation et la concertation sont efficaces, mais elles se heurtent parfois aux limites de comportements fragiles, d’embrigadements criminels, d’éducation trop absente. Dans ce cas, la répression et l’ordre public s’imposent.

La force devient protection.

Notre respect aux forces de police et de gendarmerie reste constant et ancien. D’ailleurs notre maire, Luc Bouard, leur parle directement. C’est ainsi qu’il a rencontré les représentants de quatre syndicats de police, Alliance, SGP FO, Synergie officiers et SCSI. Il a alors expliqué que ces propos volontairement provocants n’avaient d’autre but que de pointer lemanque d’effectifs et de moyens du commissariat de La Roche-sur-Yon.

Cette défense, Luc Bouard la poursuit auprès du préfet, du procureur de la République, du ministre de l’Intérieur et même du Premier ministre. Car il faut obtenir rapidement des moyens nouveaux.

Notre majorité a renforcé les moyens municipaux alloués aux questions de sécurité : doublement des effectifs de la Police municipale, meilleurs équipements, création d’une brigade cynophile, déploiement des caméras de protection, travail en coordination avec les médiateurs et les équipes d’éducateurs.

Jamais auparavant les forces de l’ordre n’avaient reçu autant de marques de respect. Jamais auparavant de tels liens entre tous les acteurs de la sécurité ne s’étaient tissés de la sorte. À La Roche-sur-Yon, Police nationale, Direction départementale de la sécurité publique, Groupement de gendarmerie de la Vendée et Police municipale s’épaulent dans leurs singularités et leurs missions différenciées.

Plus que jamais l’établissement d’une sécurité renforcée dans notre ville réclame constance, franchise, écoute et inventivité. Moyens nouveaux, manière de faire renouvelée, coopération et complémentarité, voilà ce dont nous avons besoin.

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

Le transport constitue un budget important des ménages.
Nous soutenons l’exigence d’un service public de qualité qui desserve l’ensemble des territoires au delà des logiques financières.
À l’instar de La Poste, faut-il attendre leur absence locale pour mesurer que c’est l’intérêt commun qui est en cause ?
C’est non.

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

En février dernier, le maire rappelait dans un entretien que la sécurité était sa priorité (une de plus) depuis le début de son mandat. Seulement, malgré l’augmentation de policiers municipaux et de caméras, le fait est que la délinquance augmente dans notre ville. Le coupable est tout trouvé pour lui, il s’agit du commissariat de la ville et de ses policiers « en fin de parcours ».

Face aux carences de sa politique, le maire a pour habitude de rejeter la faute sur les autres. Or, l’engagement et le dévouement de nos forces de l’ordre, gendarmes et policiers, ne peuvent aujourd’hui être remis en cause quand on voit l’actualité, le sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame l’a prouvé. Nos forces de l’ordre travaillent au quotidien pour la population, ils necomptent pas leurs heures et sacrifient parfois leur vie de famille pour accomplir leur devoir.

Un élu, après de tels propos qui n’ont rien de républicains, peut-il être crédible et parler de civisme et de citoyenneté ? Rappelons que le maire n’est pas qu’un élu de la République, il est le premier magistrat de la ville, mais aussi officier de police judiciaire et, à ce titre, il se doit de ne pas jeter le discrédit sur nos forces de l’ordre par des propos indignes de sa fonction. Ses propos sont inconscients car ils n’auront pour effet que d’augmenter le sentiment d’insécurité, annulant ainsi tout le travail des médiateurs et des maisons de quartier qui avaient su par le passé préserver notre ville de ce fléau.

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

La solidarité s’impose partout.
Un enfant à la rue dans notre ville est une offense à la République. Les multinationales (eau, OGM…) imposant leur loi oeuvrent contre l’intérêt général. Détruire aveuglément ce qui s’est construit à Notre-Dame-des-Landes ferme l’avenir. Le droit,et même l’État de droit, ne peut s’opposer aux solidarités légitimes.

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche

Avril 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

LA ROCHE-SUR-YON ET L’AGRICULTURE
Alors que vient de s’achever le Salon de l’agriculture, il nous semble important de dire quelques mots sur la « politique agricole », osons la nommer ainsi, que porte notre majorité municipale.
Bien que ville-préfecture, le lien de La Roche-surYon avec son territoire, et notamment la composante agricole de celui-ci, demeure fort et il est de notre responsabilité de favoriser l’essor agricole de notre agglomération comme du département. La création d’une délégation sur ce sujet, confiée à notre collègue René Chabot, en est une preuve. Trois verbes peuvent résumer notre action : inciter, accompagner et moderniser. C’est pourquoi, il nous faut être partie prenante dans la promotion d’un nouveau regard sur les métiers agricoles et faciliter dans notre ville les opérations à même de mieux faire connaître les métiers et les filières agricoles à nos jeunes, collégiens, lycéens, étudiants, en recherche d’emploi.
Cela vaut également pour l’exposition et la mise en valeur des productions locales. Le fait de privilégier, tant que faire se peut, les circuits courts dans le cadre de la restauration scolaire ou des Ehpad par exemple, est un autre levier important. La modernisation des modes de production agricole passe par la numérisation, la robotisation, l’inventivité dans l’utilisation des outils et des objets connectés. Des lieux et des outils comme La Loco numérique ou Proxinnov ont toute leur place pour former, appuyer, expérimenter et favoriser cette smart agriculture naissante.
UN HÔTEL DE VILLE ET D’AGGLOMÉRATION AU CARRÉ
La réunion publique du 13 mars dernier a montré combien les Agglo-Yonnais(es) sont attentifs et engagés dans l’amélioration de leur ville. Cette tribune est l’occasion de remercier toutes celles et ceux qui sont venus écouter, débattre, échanger, donner leur point de vue lors de cette réunion, mais aussi par le biais des registres ouverts dans les mairies annexes comme à l’hôtel de ville et du nouveau site Internet de la Ville et de l’Agglomération.
Les services municipaux et communautaires sont actuellement répartis sur dix-sept sites différents, occasionnant un coût et un inconfort de fonctionnement que beaucoup, à juste titre, déplorent. S’y ajoutent l’état scandaleux de vétusté et de dangerosité de l’actuel hôtel de ville et l’exiguïté des bureaux de l’Agglomération, rue Goscinny. Toutes ces raisons suffisent à justifier notre projet car les avantages qui en découleront sont nombreux. Une économie annuelle de plus de 375 000 euros en ne versant plus les loyers actuels. Une meilleure qualité de travail des services rassemblés dans des locaux communs et bien agencés. Un bien meilleur confort et une vraie sécurité pour les habitants, usagers des services de la mairie. Une densification en journée de la vie en centreville. Une sauvegarde du patrimoine de la ville. Le retour des bâtiments municipaux libérés vers le logement pour étoffer l’offre disponible en centreville par exemple.
Si l’on se résume, on obtient des locaux adaptés et une organisation plus performante, des économies de fonctionnement très importantes, une offre de logements accrue, un bien meilleur accueil du public. Bref, un hôtel de ville et d’agglomération au carré !
LA ROCHE-SUR-YON EN POÉSIE
Lors de son discours des vœux 2018, notre maire Luc Bouard a émis le vœu (c’était la bonne occasion !) que la Ville de La Roche-sur-Yon puisse dynamiser la culture des mots, de la parole, de la poésie, à l’exemple des 90 villes ou villages francophones déjà détenteurs du label « ville en poésie ». Pourquoi la poésie ? Parce qu’elle est la forme littéraire la plus libre, la plus ouverte. Du quatrain classique au slam, du haïku en 140 signes au poème en prose, la poésie cultive, quelle que soit l’époque, la modernité.
Faire vivre la poésie à La Roche-sur-Yon ce peut être : donner des noms de poètes à des rues, des lotissements, des bâtiments publics ; installer la poésie dans la ville par des poèmes gravés sur des plaques ou des bancs poétiques avec casques audio ; favoriser l’émergence de projets poétiques dans les établissements scolaires ; offrir à chaque mariage dans la commune et/ou à chaque naissance un livre de poésie ; créer une Maison de la poésie chargée de piloter un programme d’évènements à destination du grand public, des bibliothèques et des établissements scolaires... Vos idées sont les bienvenues !
 

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

Soutenir le développement économique de la ville, c'est important pour permettre aux Yonnais de vivre leur travail. Toutefois, nous demandons que ces aides (terrain, aide à l’investissement) soient conditionnées à des exigences de qualité d’emplois et d’implantation durable, sans amputer les terres agricoles. 

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

Si la concertation dans notre ville sur certains grands projets nous laisse souvent perplexes, il est un dossier où elle a bien eu lieu mais où son résultat n’a absolument pas été pris en compte : celui des rythmes scolaires.
Seulement 12 % des parents des écoles publiques ayant répondu au questionnaire sur l’organisation des rythmes à la rentrée prochaine sont, en effet, favorables à la solution retenue par le Maire et sa majorité à savoir le retour à 4 jours en maternelle associé au maintien des 4,5 jours en élémentaire. À qui profitera alors ce changement ? Sûrement pas aux petits Yonnais qui vont retrouver un emploi du temps resserré sur 144 jours au lieu de 162 jours !
Contrairement à ce que le maire et son adjoint à l’Éducation s’entêtent à affirmer, les spécialistes s’accordent à dire que « la semaine de 4 jours est le pire des rythmes possibles » ! La fatigue des enfants n’est, en effet, pas générée par l’école le mercredi matin mais par le rythme des journées d’apprentissage, la répartition des jours de classe sur l’année, le sommeil et l’alimentation. La majorité municipale préfère passer sous silence la parole des parents en compliquant leur organisation – donc aussi le bien-être des enfants – sous prétexte non avoué d’économie budgétaire au profit de grands projets plus prestigieux comme l’aménagement de l’îlot de la poste pour un minimum de 21 millions d’euros !
Ces choix politiques ne sont pas les nôtres !

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

La ville amie de la poésie depuis des années rime avec les mots. Elle n’a pas attendu l’élu. Elle vibre au son des habitants et des quartiers. Les médiathèques depuis longtemps l’animent, elle espère les garder. De place en place, elle se cherche et s’imagine un destin sans chagrin. Elle rêve de fraternité la ville.

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche

Mars 2018

Union et rassemblement La Roche pour tous

La bonne utilisation des deniers publics, comme l’on dit, constitue l’une des responsabilités majeures d’une équipe municipale. Cette responsabilité peut se conduire de diverses manières : frileuse, apeurée, dépassée au regard de l’époque ou bien alors dyna­mique, moderne, en phase avec son temps, celle que nous adoptons. Faisons un peu de pédagogie.

Le budget d’une ville comme La Roche-sur-Yon peut se diviser en trois grandes catégories :

- L’investissement : il s’agit ici de construire la ville de demain, les bâtiments et les voiries dont la ville a besoin ; réparer et entretenir ; valoriser le patri­moine existant.

- Les subventions et les aides : pour soutenir les associations et les services qu’elles rendent aux habitants, soutenir l’activité économique d’acteurs privés, aider les habitants les plus en difficulté.

- Le fonctionnement : sont regroupées ici toutes les dépenses qui permettent de faire vivre la ville au quotidien : les salaires des agents, les loyers des bâtiments municipaux loués, l’eau, l’électricité, le chauffage des écoles, des bâtiments municipaux, l’essence des véhicules, les dépenses diverses d’études, de communication, d’entretien, etc. Bref, la vie quotidienne de notre ville en quelque sorte.

Concernant les investissements, certains cherchent à inquiéter les Yonnais en prétendant que notre majo­rité investit trop. Là encore, soyons transparent. C’est totalement faux.

La plupart des investissements que nous program­mons sont utiles, voire indispensables. Ainsi, nous avons hérité d’un patrimoine municipal dans un état souvent pitoyable. L’hôtel de ville et son extension en sont un exemple frappant.

Nous posons la question. Alors que chacun s’accorde à tenir pour vrai l’adage, gouverner c’est prévoir, com­ment la partie « moderne » de la mairie a-t-elle pu être si peu entretenue depuis des années, au point que la commission de sécurité nous impose de la reconstruire ou de la quitter ? Comment certains groupes scolaires peuvent-ils être qualifiés par des experts de bonne foi comme vétustes ? Est-ce vrai­ment le signe d’une gestion efficace ? N’est-ce pas le signe d’investissements manquants ?

D’autres investissements concernent la création de la « ville de demain ». Le nouveau quartier des Halles va vivifier toute la ville ; la nouvelle Loco et le Campus robotique vont faire émerger les emplois de demain ; l’aménagement d’un pôle de loisirs sur Piobetta va compléter l’attractivité de la place Napo­léon et rendre La Roche-sur-Yon plus attirante, plus joyeuse à vivre.

Concernant les subventions et les aides, nous ne les diminuons pas, mais nous avons interrogé leurs modalités d’attribution. Les subventions aux asso­ciations ne doivent pas être des rentes de situation. Les associations doivent apprendre à diversifier leurs sources de recettes.

Concernant les aides au milieu économique, elles s’ac­compagnent d’un retour sur investissement en terme de création de richesse et d’emplois pour le territoire. Cela tranche avec ce qui se faisait précédemment et cela est efficace, puisque le taux de chômage baisse régulièrement sur le bassin yonnais depuis 2014.

Bien entendu tous ces investissements, dépenses, aides au développement, subventions publiques, sont couverts financièrement et n’imposent aucune augmentation de vos impôts locaux.

Pourquoi ? Pour deux raisons principales.

Tout d’abord parce qu’ainsi la ville s’enrichit, renforce son patrimoine et réduit ses dépenses de fonction­nement. Les banques comprennent parfaitement notre politique de gestion et l’accompagnent, car elles voient notre ville attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, des activités culturelles ou sportives majeures, bref elles voient en La Roche-sur- Yon un emprunteur solide et fiable.

La seconde raison de la solidité financière de nos investissements, tient à la gestion rigoureuse et éco­nome de nos dépenses de fonctionnement. C’est là que se trouve notre marge de manoeuvre. Pour cela, nous contrôlons chaque euro dépensé, nous veillons à sa réelle utilité, nous faisons la chasse aux dépenses superflues dans tous les domaines, nous modernisons les conditions de travail des agents, nous économi­sons l’énergie, etc.

Voilà ce que nous faisons : investir pour demain et dépenser moins au quotidien. Investir pour les géné­rations futures, voilà notre ambition.

Groupe « Union et rassemblement La Roche pour tous »

 

La Roche est à vous

Les travaux de la nouvelle mairie ont été votés. Si cela va permettre de donner aux salariés de la mairie de meilleures conditions de travail et une meilleure lisi­bilité aux usagers, en revanche, il est essentiel que le bâtiment actuel de la mairie reste dans le patrimoine et ne serve pas à des activités marchandes.

Anita Charrieau (PCF) – Thierry Delacroix (PG) Groupe La Roche est à vous

 

Groupe des élus socialistes et apparentés

Lors du Conseil municipal du 30 janvier dernier, nous avons refusé d’approuver le projet « îlot de la poste-nou­velle mairie ». À l’heure où la question de la dévitalisation des centres-villes se pose partout en France et où l’on sait que c’est la présence d’habitants –donc de logements disponibles – qui est décisive, dédier cet espace central à des bureaux plutôt qu’à des logements et des commerces constitue, tout d’abord, une grave erreur d’urbanisme (nous souhaitons, à ce sujet, que le changement intervenu aux Nouvelles Galeries n’entraîne ni suppression de postes, ni changement d’activité). Il s’agit, ensuite, d’une opération financière pénalisante pour le devenir de la ville dont l’état des finances nous inquiète. Si nous ne nions pas la nécessité de rénover la mairie, d’autres solutions moins coûteuses existaient, permettant de conserver dans le bâtiment actuel une salle des mariages, une salle des conseils, des salles de réception et l’accueil des habitants. Aucune réponse n’a, par ailleurs, été apportée aux questions sur le devenir de l’actuelle mairie. Aux raisons urbanistiques et financières s’ajoute, enfin, le refus d’une méthode où la concertation brille par son absence. Concerter en amont aurait pourtant évité à la majorité d’avoir à repenser son projet initialement mal ficelé de l’école Malraux/Jean-Roy, de financer le fiasco du festival Roche de Rire ou encore d’essuyer les critiques d’historiens ou de la Belgique sur le changement de nom de la place Albert-Ier. On aimerait une ville qui « rayonne » pour de meilleures raisons !

Groupe des élus socialistes et apparentés

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

En une proposition inattendue, notre Maire a fait « rayonner » notre ville jusqu’en Belgique.

Cette polémique autour de la place Albert-Ier, roi des Belges, qui serait renommée Simone-Veil n’est pas à la hauteur de la figure historique incontes­table qu’est Simone Veil. Les lieux à dénommer ne manquent pourtant pas dans et autour des projets yonnais d’urbanisme.

Françoise Besson – Guy Batiot vendee.eelv.fr/category/eluslaroche