Capitale française de la biodiversité

Depuis 2016, la Ville de La Roche-sur-Yon mène une politique volontariste en faveur de la biodiversité. Faisant suite à la cartographie des continuités écologiques (les espaces d’alimentation, de repos et de déplacement de la faune), un plan d’actions de préservation de la nature a été mis en pratique. L’engagement de la collectivité a été récompensé fin 2021. Le concours « Capitale Française de la biodiversité »  2021, sur le thème "Eau et Biodiversité", a désigné la Ville comme lauréate.

  • Cette reconnaissance est à la fois une valorisation des actions engagées depuis 2016 et le point de départ de nouvelles pour le mandat en cours.
  • Le renforcement de l’identité paysagère de bocage se traduira par la plantation d’arbres (isolé, haie, boisement), notamment dans le cadre de la politique communautaire 100 000 arbres, mais aussi par la densification du réseau de mares.
  • Les effacements d’ouvrage sur l’Yon et ses affluents vont se poursuivre afin d’améliorer la continuité écologique du réseau hydrographique.

Un plan d'actions en 4 axes

Axe 1

Préserver et améliorer la trame verte par une conservation du bocage yonnais

Les haies

Les 750 km de haies sont un des trois éléments du bocage yonnais (avec les 450 mares et les 1 200 ha de prairies ; elle joue le rôle de corridor écologique et structure le paysage bocager. Pour renforcer l’identité paysagère, près de 2 km de haies ont été plantés sur différents secteurs publics de la commune. Certaines plantations ont été réalisées par des enfants du groupe scolaire Laennec des lycéens du Lycée Nature.

Un plan de gestion

Le site des Terres Noires est un hotspot de biodiversité au sein duquel de nombreux sports sont pratiqués. Un plan de gestion permettant de concilier sport et nature a été bâti en 2018 et les 60 ha ont été labellisés refuge LPO pour la gestion environnementale qui est pratiquée. Quelques actions réalisées : plantations de haies, mise en place de 20 nichoirs à oiseaux ou chauve-souris, écopâturage sur 2 ha, restauration de 2 000 m2 de zone humide, création de 2 mares, mise en place d’un panneau d’information présentant les caractéristiques écologiques du site.

Axe 2

Favoriser le retour de la nature en ville

L'Écopaturage

Avec un patrimoine vert croissant (plus de 500 ha), la Ville diversifie les modes d’entretien et privilégie ceux respecteux de l’environnement. Certaines zones en gestion naturelle sont alors entretenues par des moutons ! En développant l’écopâturage sur certains espaces de nature en ville (Alluchon, Rivoli, Perronnière) et dans les zones d’activité (Belle-place, les Ajoncs...), la Ville préserve la biodiversité.

La biodiversité nocturne

La biodiversité nocturne est plus riche que la nature diurne. Depuis 2018, avec la LPO Vendée et l’IUT La Roche-sur-Yon, la Ville étudie l’incidence du mode d’éclairage (12 000 points lumineux) sur la présence et la diversité des chauves-souris. Dans ce cadre, elle met en place des éclairages à LED (faible consommation) orangés dans les secteurs à fort enjeu de biodiversité, comme dans le cadre de la continuité douce entre le Lycée Nature et le quartier de l’Annexe.

Axe 3

Renforcer la place de la trame bleue par une amélioration de la qualité de toutes les masses d'eau

L'effacement d'ouvrages

Les chaussées, digues, vannes et autres ouvrages sur l’Yon nuisent à la qualité du milieu aquatique en abaissant le niveau d’oxygène, en augmentant la température de l’eau et en favorisant les espèces aquatiques envahissantes. Depuis 2017, la Ville a mis en œuvre un vaste programme d’effacement d’ouvrages sur la rivière afin qu’elle retrouve son libre cours, avec une circulation plus aisée des poissons et des sédiments. Ainsi, 6 km de cours d’eau ont retrouvé un fonctionnement naturel entre Alluchon et la Basse-Lardière, soit la totalité de la zone urbaine. Un suivi du bénéfice environnemental est assuré par l’IUT La Roche-sur-Yon.

Les mares

Comme les haies, les mares font partie du paysage de bocage. On en compte plus de 450 sur la commune. Parmi elles, une cinquantaine se trouve sur le domaine publique et fait l’objet d’opération de restauration (gestion de la végétation, curage). D’autres sont créées pour assurer un réseau écologique fonctionnel, favorable aux amphibiens et autres libellules. Les travaux sont réalisés soit par le chantier d’insertion par l’activité économique de la Ville, soit par le chantier école du Lycée Nature. 

Axe 4

Sensibiliser et former à la biodiversité

Le suivi d'espèces

Pour préserver la biodiversité, la connaitre est un préalable. Depuis 2003, la Ville et la LPO Vendée mènent un suivi d’espèces caractéristiques du territoire : chouette chevêche, hirondelle, chiroptère, moineau friquet, amphibiens. Plus globalement, l’ensemble des données naturalistes est capitalisé dans un observatoire local de la biodiversité et transmis au Museum national d’histoire naturelle et alimente la photographie de la biodiversité française.

« Ma ville nature »

La connaissance de la biodiversité ne doit pas être réservée qu’aux experts. C’est pourquoi la Ville organise des sessions d’animation de découverte de la biodiversité. Depuis 2019 notamment, elle met en place le programme « Ma Ville Nature » où plus de 30 animations, conférences, ateliers pratiques sont proposés pour que chacun se réapproprie les enjeux locaux de biodiversité et acquière de nouvelles connaissances via des protocoles de sciences participatives. Chaque année, ces animations rassemblent plus de 1 500 personnes.

Contact

Direction Environnement, développement durable, paysages
La Roche-sur-Yon Agglomération

02 51 05 57 79