La Roche-sur-Yon / Ma ville nature / Biodiversité

Un gîte à chauves-souris au Dojo

Le

Favoriser le retour de la biodiversité en ville

Pour favoriser le retour de la biodiversité en milieu urbain, la Ville de La Roche-sur-Yon a fait poser des nichoirs pour chauves-souris à l’extérieur de la nouvelle salle d'arts martiaux. Ce gite dispose d’une paroi arrière ouverte qui permet aux chauves-souris d’accéder aux abris existants, par exemple aux cavités du bâtiment, explique Amandine Brugneaux, chargée de communication et de vie associative à la LPO Vendée.

« Depuis 2016, la Ville a engagé un plan d’actions stratégiques de la biodiversité qui se décline en 5 axes : la pérennisation du bocage, la qualité des eaux de surface dans les bassins-versants, la sensibilisation et la formation aux enjeux de biodiversité et le retour de la nature dans la ville », a souligné Anne Aubin Sicard.

Parmi les axes retenus, un des objectifs est de mettre en place des actions pour favoriser le retour de la biodiversité en milieu urbain, notamment en équipant les bâtiments communaux de gîtes à chauves-souris.

Pour répondre à ces enjeux, la Ville s’est entourée d’acteurs locaux experts dans ces domaines, tels que le Lycée Nature, la Ligue pour la Protection des Oiseaux de Vendée, l’IUT de La Roche-sur-Yon. Trois organismes avec qui elle a d’ailleurs signé récemment une convention cadre de partenariat en faveur de la biodiversité.

La chauve-souris, une espèce protégée    

Les services municipaux étudient actuellement la possibilité de pouvoir poser de nouveaux gîtes sur d’autres sites de la ville.

En Vendée, on retrouve 21 espèces communes dont une dizaine est présente à La Roche-sur-Yon. Ce sont des espèces nocturnes qui dorment le jour et chassent la nuit. Elles ne construisent pas de nids mais utilisent des gîtes naturels.

Leur cycle biologique se déroule comme suit : novembre à mars, période d’hibernation, à partir de d’avril, recherche de nurseries, gestation, mises à bas et recherche de sites d'estivage, de juin à août, élevage de jeunes et chasse, septembre et octobre, accouplement et recherche de sites d’hibernation. Elles peuvent en une nuit avaler un tiers de leur poids en insectes. Pour cela, elles représentent des insecticides naturels puissants, utiles aussi bien aux humains qu’à l’agriculture.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire