La Roche-sur-Yon / Nouvelles technologies

La Loco numérique pousse ses murs

Le

Lieu de ralliement de la filière numérique, la Loco s’agrandit. Fin 2021, les bureaux pourront accueillir de nouvelles entreprises en pépinière, mais aussi des indépendants en coworking.

Déjà un autre temps. « En 2014, le numérique, c’était l’affaire des grandes métropoles », sourit Nathalie Gosselin. À La Roche-sur-Yon, le déploiement de la fibre sifflait juste aux oreilles. Un projet d’une Cantine numérique s’insinuait dans les tuyaux. « Mais le cahier des charges était trop restreint », estime l’adjointe au maire en charge du numérique. Plus qu’un lieu d’émulation, l’Agglomération a préféré marquer un point de ralliement.
Ainsi est née la Loco numérique. « Un endroit totem prévu pour accueillir des jeunes entreprises innovantes et les faire grandir. Un lieu ressource pour toutes les informations du milieu numérique. » Une structure parée à mettre sur les rails des start-up dans sa pépinière. Pour mieux accélérer leur développement avec son hôtel d’entreprises. « Sans oublier les espaces partagés de coworking et de réunion », pour qu’étudiants et indépendants montent aussi dans le wagon.
Sur son quai, la Loco a arrêté des événements, comme l’Innovation Week. Stoppé des labels, tel French Tech. « Le lieu a vite trouvé sa place, reprend Nathalie Gosselin. Tellement qu’il affiche aujourd’hui complet et qu’il est devenu nécessaire de pousser les murs. »

« Continuer à animer la filière numérique »

Dans le prolongement du pôle actuel, la Loco 2 est en chantier. « Un nouveau bâtiment réalisé sur une parcelle de plus de 1 300 m2, qui va nous permettre d’accueillir de nouvelles entreprises et de continuer à animer la filière. » Les clés pourraient être tendues, fin 2021.
2,7 millions d’euros sont investis pour créer les nouvelles aires de travail. « Des bureaux dédiés au télétravail par exemple ou encore des espaces phoning. » Dans les espaces de convivialité, les acteurs pourront se croiser et continuer à inventer l’avenir. « Comme dans le laboratoire de fabrication, Lab-Ouest, qui reste à sa place. »
Le parvis paysager poussera pour accueillir des animations. La « croissance » du futur bâtiment, elle, a été anticipée. « Pensée pour pouvoir monter des étages. » Imaginée pour traverser les époques.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire