La Roche-sur-Yon / Biodiversité / Environnement

La Roche-sur-Yon récompensée

Le

Pour sa première participation au concours « Capitale française de la biodiversité », la Ville de La Roche-sur-Yon a obtenu « Trois libellules » dans la catégorie des collectivités de 20 000 à 100 000 habitants.

L’Agence française pour la biodiversité (AFB), l’Agence régionale pour la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF) et l’association nationale Plante & Cité s’associent depuis dix ans pour co-organiser le concours Capitale française de la biodiversité, avec le soutien et la contribution des ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires. Les objectifs sont d'identifier, de valoriser et de diffuser les bonnes pratiques des communes et intercommunalités françaises en faveur de la biodiversité.
« Ces Trois libellules (sur un total de cinq possibles), obtenues dans la catégorie des collectivités de 20 000 à 100 000 habitants, sont une satisfaction pour notre engagement en matière de "conception et gestion écologique des espaces de nature", la thématique 2018 du palmarès Capitale française de la biodiversité, explique Anne Aubin-Sicard, première adjointe au développement durable, transition énergétique. Le jury a ainsi retenu nos actions exemplaires en matière de préservation, de reconquête et de restauration de la biodiversité. »

Des actions en faveur de la biodiversité

Parmi ces actions, figurent notamment :

  • la plantation de 500 mètres de haies, dont certaines seront plantées avec des élèves des écoles ;
  • la restauration et la création d’une trentaine de mares ;
  • le travail entrepris avec les agriculteurs exploitant le foncier privé de la commune en matière de bonnes pratiques environnementales ;
  • la labellisation en cours des Terres-Noires en refuge LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) et ses 50 hectares gérés de manière respectueuse de l’environnement ;
  • la végétalisation des cimetières pour le retour de la nature en ville ;
  • le projet d’installation de ruches sur le toit du Manège et d’autres sites à venir ;
  • l’installation de nichoirs à chauves-souris à la nouvelle salle des arts martiaux et à la future scène de musiques actuelles ;
  • l’amélioration de la continuité écologique sur l’agglomération avec la suppression des ouvrages sur l’Yon, action visant à favoriser la libre circulation des espèces aquatiques ;
  • l’accompagnement dans la création de jardins partagés ;
  • l’important programme de sensibilisation du grand public ;
  • la conciliation d’aménagement du territoire et de préservation des habitats naturels dans le Plan local d’urbanisme…

« Dans un monde où chaque jour des milliers d’espèces végétales et animales disparaissent, la protection de la biodiversité constitue un enjeu de société majeur, confie Anne Aubin-Sicard. Mieux respectée et protégée, la nature doit reprendre ses droits dans les espaces publics, pour tendre vers un environnement préservé et contribuer à répondre à un besoin essentiel pour notre qualité de vie et notre santé. »

Commentaires (0)

Écrire un commentaire